Rechercher

On se connait ?


Mais qui est Jean-Philippe Jeannoel ? Suite de cette nouvelle rubrique qui souhaite donner la parole aux professionnels et bénévoles qui donnent du temps pour que vive le Crescent. Comment ils ont découvert le jazz, quel type de musique préfèrent-ils, pourquoi se sont-ils engagés dans le fonctionnement du club, quelles sont leurs idées pour l’avenir ?

L’idée est aussi de mieux se connaitre au sein de l’équipe et de la faire découvrir à ceux qui viennent au club. Cette rubrique à périodicité variable est ouverte à tous, n’hésitez pas à vous faire connaitre et à vous exprimer.


Propos recueillis par Marc Bonnetain

Jean-philippe jeannoel

bénévole membre du conseil d’administration du Crescent

Né à Saint-Martin d’Hères dans l’Isère en 1984 Jean-Philippe Jeannoel est venu s’installer en Mâconnais à l’âge de 10 ans, ses parents étaient originaires de la région. Les années ont passé et il a fait son trou dans le milieu culturel local.


Dans ma jeunesse, explique-t-il, j’’avais appris l’électricité, et j’ai pratiqué cette activité quelques années dans le sud avant de remonter à Mâcon en 2004. A l’époque je cherchais ma voie, j’avais besoin de m’investir, j’ai effectué différents petits boulots puis je me suis engagé en bénévole dans l’association

«  Bulle d’air  » qui agit au foyer médicalisé des Bruyères, à Charnay en partenariat avec la direction.

En même temps j’ai fait connaissance avec le Crescent où j’étais venu écouter ce jazz qui m’est cher, ça m’a plu et je suis devenu bénévole. C’est en quelque sorte le concert en 2017 de Philippe «  Pipon  » Garcia avec le Sir Jean, Manu Codjia et Erik Truffaz en invité d’honneur qui a guidé ma passion pour le club  ! J’ai été et suis encore un touche à tout, je donne un coup de main au bar, aux entrées, je fais connaissance avec les lieux, les gens, les potes, l’événementiel me plait  ! En 2018 je suis entré au conseil d’administration avec Sonia où nous nous sommes occupés de la gestion des bénévoles. J’avais le temps et l’envie, c’était chouette  ! 


La peinture pour seconde passion

Mais Jean-Phi est l’homme des multiples passions et la peinture en est une seconde, héritée d’un grand-père artiste né en Algérie. Le temps lui a parfois manqué pour pouvoir vivre cet art en autodidacte mais en 2010 et 2012 il a pu présenter ses tableaux montrant des musiciens de jazz lors d’exposition de groupes à Tournus et Louhans. En 2018 il a aussi participé à Mâcon à une exposition intitulée «  Semblable et différent  » sur le thème du handicap. A cette occasion il a découvert la notion de partage en matière d’art.


En 2019 il a accroché au club ses portraits de musiciens en pleine action et ça a plu  !

Ma passion pour la musique est ancienne, révèle-t-il, j’ai été attiré très jeune par le funk, le rock, le hip-hop puis par des musiques plus jazz. Je suis très attiré par la scène londonienne actuelle influencée par le hip–hop. Au club j’ai aussi fait de belles rencontres comme celle avec Pipon. On a assisté à des brassages de styles de tous les horizons. En 2019, le temps d’un morceau j’ai même osé monter sur scène, Geneviève aussi, pour scatter un peu, ce fut un moment très plaisant  !  Vivement que le club rouvre ses portes.


Aujourd’hui Jean-Phi coule des jours heureux, il y a un peu plus d’un an il a été embauché à la médiathèque de Mâcon au secteur musique tout d’abord où il partageait ses connaissances avec les visiteurs. Depuis quelques mois il est au secteur jeunesse où il participe aux animations musicales.

C’est calme pour l’instant mais ça va reprendre  !


107 vues0 commentaire