Rechercher

On se connait ?


Mais qui est Gilles Basquin ? Suite de cette nouvelle rubrique qui souhaite donner la parole aux professionnels et bénévoles qui donnent du temps pour que vive le Crescent. Comment ils ont découvert le jazz, quel type de musique préfèrent-ils, pourquoi se sont-ils engagés dans le fonctionnement du club, quelles sont leurs idées pour l’avenir ?

L’idée est aussi de mieux se connaitre au sein de l’équipe et de la faire découvrir à ceux qui viennent au club. Cette rubrique à périodicité variable est ouverte à tous, n’hésitez pas à vous faire connaitre et à vous exprimer.


Propos recueillis par Marc Bonnetain

GILLES BASQUIN

bénévole du Crescent

Au Crescent Gilles Basquin est de ceux qu’on ne peut oublier, il peut être à la fois sur scène et en salle en bon bénévole qui ne compte ni son temps, ni sa bonne humeur.


Je suis né en 1973, j’habite aujourd’hui à Polliat. J’ai donc 47 ans, marié et père de deux enfants de 13 et 16 ans.

Très tôt attiré par la musique j'ai commencé le saxophone à l’âge de 14 ans, suivant une formation classique puis jazz. Je suis musicien aujourd’hui intervenant en milieu scolaire dans les écoles élémentaires autour de Châtillon-sur-Chalaronne.

Par passion pour la musique je joue dans 3 groupes  : « Nonobstant trio », « les 5 fantastiques » et le quartet « Minor incident » qui s’est déjà produit à plusieurs reprises au Crescent.


J'ai découvert le club en 2002, dans l'ancienne cave rue Rambuteau, un soir de bœuf, il y avait du monde partout, de la fumée partout et de la musique... partout ! A la création du nouveau Crescent, je me suis tout de suite proposé comme bénévole.


Mon plus grand bonheur dans ce club est la diversité des artistes. En tant que fan de saxophone j’ai eu le plaisir de découvrir Ben Wendel, Mark Turner, Seamus Blake et bien sûr, la chance de pouvoir écouter, admirer échanger avec Eric Prost et tous les membres du « Quartet Crescent ».

Je pourrais aussi citer le trio Simon Goubert, Hélène Labarrière et Tony Hymas ainsi que le quartet « Kneebody » qui m'ont laissé un souvenir marquant.


Le Crescent c'est aussi la chaleur humaine, les repas avec les musiciens et les bénévoles avant, mais surtout après le concert tard dans la nuit...

Bref le club est pour moi un véritable petit coin de paradis, une bulle d'inspiration.

Ah oui, j'oubliais, j’aime aussi la dégustation des vins blancs mâconnais avec les artisans vignerons de Bourgogne du sud !


162 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout