Rechercher

On se connait ?


Mais qui sont Danielle et Jean-Paul Depardon ? Suite de cette nouvelle rubrique qui souhaite donner la parole aux professionnels et bénévoles qui donnent du temps pour que vive le Crescent. Comment ils ont découvert le jazz, quel type de musique préfèrent-ils, pourquoi se sont-ils engagés dans le fonctionnement du club, quelles sont leurs idées pour l’avenir ?

L’idée est aussi de mieux se connaitre au sein de l’équipe et de la faire découvrir à ceux qui viennent au club. Cette rubrique à périodicité variable est ouverte à tous, n’hésitez pas à vous faire connaitre et à vous exprimer.


Propos recueillis par Marc Bonnetain

DANIELLE ET JEAN-PAUL DEPARDON

bénévoleS et Ex-MEMBRES DU CONSEIL D'ADMINISTRATION du Crescent

Danielle et Jean-Paul Depardon sont des figures majeures du Crescent dans lequel ils se sont investis depuis une vingtaine d’années, notamment au conseil d’administration, et lui a été président à plusieurs reprises. Le parcours de ces deux fondus de musique n’est pas banal, ils auraient bien pu suivre leur route chacun de leur côté mais cela eut été dommage !

Danielle, la passion de la musique

Danielle est né en 1950 à Marseille, son père était comptable aux Dames de France. Puis ses parents ont déménagé : Brive, Sète, Lyon. « J’ai débuté la musique à l’âge de sept ans, se souvient-elle, piano, solfège sont alors devenus mon quotidien. Je suivais des cours à l’école de musique de Brive, de Sète, puis aux conservatoires de Montpellier et Lyon; et au fil des années j’ai eu envie de vivre de cet art.

Après le BAC j’ai fait une prépa « musique » à Nice et études supérieures de musique à Paris, puis passé mon Capes à Lyon. J’ai débuté l’enseignement comme stagiaire en 73-74 à Lyon, puis je suis devenu professeur à Vaulx-en -Velin, et, enfin, j’ai été mutée au collège Pasteur à Mâcon comme professeur d’éducation musicale de 1982 à 2010. La retraite venue je n’ai pas laissé la musique pour autant, je me suis mise au violon au conservatoire de Mâcon et je suis aujourd’hui en deuxième cycle. Pendant ces décennies actives j’ai aussi animé plusieurs chorales : outre celle du collège, il y a eu Saint-Albain et Pont-de-Veyle. J’ai fait partie dix ans de la Cantoria », et 7 ans du chœur semi-professionnel « EVA » à Bourg-en-Bresse.

Jean-Paul : la passion des associations

Jean-Paul est né à Trévoux en 1949 mais ses parents, originaires du Beaujolais, habitaient Quincieux, puis Civrieux, en rive droite de la Saône. En 1959 ils s’installent à Lyon où il poursuit sa scolarité, puis fait deux ans à l’Université Lyon-1 : études de géologie. En parallèle, il s’initie à la vie des associations : CAF pour la montagne, MJC pour l’animation du quartier. Il prépare ensuite une maîtrise de géologie à la fac d’Orsay et Danielle ayant son diplôme, la famille agrandie à trois éléments rentre à Lyon. Il présente sa thèse de géologie alpine en 1979, en suivant dans le même temps des études de mathématiques appliquées et informatique « au temps des cartes perforées ».


« A cette époque, explique Jean-Paul, j’étais très impliqué dans des associations dont une prônait le développement des énergies solaires et des économies d’énergies et rassemblait un tas de spécialistes dont des universitaires et professionnels du bâtiment. J’ai orienté ma carrière naissante dans ce domaine et j’ai passé 4-5 ans à l’autoroute (Aire de service de Saint-Albain) en développant ce thème. Un peu plus tard je me suis établi pour travailler sur l’énergie dans l’habitat, en tant qu’ingénieur-conseil. J’ai visité beaucoup de maison pour établir des diagnostics énergétiques en Mâconnais, Pays minier Lorrain, Nuit-St-Georges, etc… avec la Socotec (contrôle de conformité des constructions)». Et, bien sûr, toujours engagé dans l’associatif et les énergies : Hélianthe dans l’Ain, le CLER en France, puis l’ITEBE en Europe »

Jean-Paul a aussi enseigné une dizaine d’années pour la formation continue à l’École d’Architecture de Vaulx-en-Velin. Ça l’arrangeait plutôt car le soir il pouvait assister à des concerts dans les clubs lyonnais : Périscope, Clé de Voûte, Hot club ou encore « A Vaulx Jazz» et entretenir ainsi des liens.


Danielle et Jean-Paul se sont mariés en 1971 à Lyon et ils se sont installés en 1982 à La Salle. Ils ont eu deux filles, Pascale trop tôt disparue il y a quelques années et Cécile qui, après L’Écosse, s’installe en Norvège en 1999. Les Depardon y vont tous les ans, sauf en 2020 ! 2021 devrait être l’année des retrouvailles.

Plus de 20 ans au Crescent

Danielle et Jean-Paul ont découvert le Crescent-Rambuteau à la fin des années 90. « Cécile et nous connaissions Dominique et François Gallix, ils nous ont invités à venir au club et ça nous a plu. Quelques temps après nous avons choisi de rejoindre l’équipe de bénévoles puis, plus tard, le conseil d’administration ». Ils se sont particulièrement investis dans le stage au Conservatoire et le festival, Jean-Paul a pris en main l’organisation en lui donnant une rigueur qui lui manquait, Danielle s’est mise à la cuisine avec d’autres bénévoles dont Annie et Manuela, pour préparer les petits déjeuners et les repas de midi des stagiaires. Cette initiative a été appréciée des élèves qui n’hésitaient pas à donner un coup de main.


Concomitamment Jean-Paul est devenu vice-président puis président du Crescent à plusieurs reprises. Il était notamment à la tête du club au moment du déménagement vers la place Saint-Pierre. Au total il aura été 15 à 20 ans au Conseil d’administration. « J’en ai été heureux assure-t-il mais je veux passer à d’autres choses, vivre plus tranquille avec Danielle, faire des travaux dans la maison et j’ai donc décidé de laisser le CA à l’assemblée générale du 19 mai. Mais nous viendrons toujours aux concerts et nous pouvons donner un coup de main !».